Dr. Hauschka

Tournesol

Synonymes: Grand Soleil, Girasole, Soleil commun, Soleil des jardins, Fleur du soleil, Courone du soleil, Graine de perroquet.
Nom scientifique: Helianthus annuus L.
Famille: Astéracées

Habitat naturel

Mexique et Pérou

Constituants

Pétales : glycosides flavones, xanthophylle Huile : acides gras insaturés, principalement acide linoléique, vitamine E

Description

Tout le monde sait ce qu’est un champ de tournesols : une vaste étendue d’inflorescences jaune éclatant qui regardent toutes dans la même direction… Quand le Tournesol atteint un an d’âge, il possède déjà une élancée qui peut dépasser la taille humaine. Par sa forme et sa couleur, il fait penser au soleil, avec lequel il est d’ailleurs étroitement lié. Tout au long de sa croissance, il est soumis à un phénomène appelé héliotropisme : les feuilles et les bourgeons suivent le mouvement solaire ; le matin, les bourgeons se tournent vers l’est, le soir vers l’ouest, et la nuit à nouveau vers l’est. Cette activité ne s’arrête qu’à la fin de la floraison, lorsque les graines ont mûri et sont pleines de la force solaire qu’elles ont concentrée sous forme d’huile. Dans cette période, les fleurs restent le plus souvent tournées vers l’est. Mais qu’est-ce qui fait tourner la tête du Tournesol ? Une hormone de croissance, l’auxine, qui, en s’amoncelant sur la partie de la tige non exposée au soleil en accélère la pousse. Par ailleurs, dans cette partie de tige, la pression intracellulaire étant moins élevée que dans la partie à l’ombre, les bourgeons se tournent plus facilement vers le soleil. Le Tournesol est le plus grand membre en taille de la famille des Astéracées. Son capitule en assiette dont le diamètre peut varier entre 5 et 50 cm est constitué de 100 à 8000 fleurettes tubulaires à pétale ligulé jaune qui donnent l’illusion d’une seule fleur.

Dans son habitat américain, le Tournesol, à l’allure imposante, a prospéré surtout au nord, dans la Prairie. Il y poussait à l’état sauvage, parmi des herbes hautes de plus de deux mètres. La croissance du Tournesol exprime le lien de la fleur aussi bien avec le ciel qu’avec la terre. Pour éliminer la pesanteur, la masse se concentre vers le haut, la partie aérienne. Les feuilles ordonnées autour d’une tige creuse et aérée deviennent de plus en plus grandes vers le haut. Chaque tige ne porte qu’une seule tête qui unit en elle lumière et pesanteur et tourne dans le sens solaire à l’état de bourgeon. Couronnée de languettes radiales d’un jaune éclatant, elle est constituée de fleurons (fleurettes tubulaires) où mûrissent les graines. Elle est si lourde qu’elle tire vers le bas. Le Tournesol montre qu’il envoie sa force, non pas dans des inflorescences élargies mais qu’il la retient dans une fleur unique, extrêmement dense. C’est dans le processus de formation de l’huile que celle-ci concentre toute l’énergie solaire. Tout jardinier amoureux de son jardin est fasciné par toutes les sortes de tournesols qui fleurissent de juillet à septembre. Nain en pot ou géant de cinq mètres, languettes oranges, jaunes ou rouges, cœurs bruns ou dorés, le Tournesol s’enorgueillit de 70 espèces.

Utilisation

Les pétales fraîchement cueillis donnent à l’extraction une teinture qui serait fébrifuge. Ils conservent cette propriété aussi à l’état sec, et viennent ainsi renforcer l’effet des tisanes contre le refroidissement. Leurs notes colorées égaient du reste tous les mélanges d’herbes médicinales. Ce sont en première ligne les graines et l’huile de tournesol que l’on considère comme des aliments précieux. Sa teneur en acide linoléique essentiel et en vitamine E, ainsi que son nombre d’acides gras poly-insaturés supérieur à celui de l’huile d’olive, fait de l’huile de tournesol l’équivalent pour les pays nordiques de l’huile d’olive pour les pays méditerranéens. Quant aux graines, elles fortifient le cœur et améliorent la circulation sanguine. En Russie, on connaît une coutume qui consiste à mâcher, en l’occurrence à aspirer, l’huile de tournesol dans le but d’éliminer les toxines de la gorge et de la bouche : après avoir tourné l’huile dans la bouche et l’avoir aspirée entre les dents une vingtaine de minutes, on la recrache.

A savoir

Le nom scientifique Helianthus, du grec helios = soleil et anthos = fleur, est la traduction même du nom vernaculaire. Il est mentionné pour la première fois dans les Métamorphoses  d’Ovide (43 av. J.C. à 17 ap. J.C.) : Clytia, une nymphe amoureuse  d’Apollon, dieu du soleil, est malheureuse à cause de Leukothea, qu’Apollon lui préfère. Prise de jalousie, elle informe le père de Leukothea, réputé par sa sévérité, de la liaison secrète de sa fille avec Apollon. Celui-ci apprenant que sa fille est enceinte la fera enterrer vivante. Apollon horrifié repoussera à jamais Clytia, laquelle va pleurer tout son saoul sur un rocher, les yeux fixés sur le soleil. Zeus, pris de pitié, la changera en fleur au bout de neuf jours. Cette fleur est décrite avec des pétales toujours orientés vers le Char d’Apollon. Etant donné qu’à l’époque d’Ovide, le Tournesol n’était pas encore connu en Europe, le poète faisait vraisemblablement allusion au solstice d’été (heliotropium), dépendant lui aussi du soleil. Dans son habitat mexicain, le Tournesol est cultivé depuis plus de 4000 ans. Les Aztèques en faisaient un usage aussi bien rituel que politique. Il représentait leur dieu du soleil et son modèle en or pur ornait tous leurs temples ; les prêtresses aztèques portaient, elles, des couronnes de vraies fleurs. Chez les autochtones américains, les graines étaient pilées, puis transformées en farine, à des fins alimentaires ou comme médicament contre les morsures et les piqûres d’insectes, notamment des scorpions et des araignées venimeuses.

Les graines de tournesol furent introduites en 1552 en Europe par les Espagnols. Le naturaliste, médecin et botaniste allemand Lonicerus (1528-1586) mentionna cette plante exotique en tant qu’aphrodisiaque dans son herbier médicinal paru en 1557. A partir du 17ème siècle, on découvrit en Europe qu’il était possible de cuire ou de torréfier les graines comme substitut du café et du chocolat. Leur exploitation pour l’obtention d’huile ne remonte qu’au 19ème siècle. Si l’on observe maintenant de près la disposition des feuilles et des fleurons, il y a de quoi être fasciné. Ouvrons auparavant une petite parenthèse logarithmique : les fleurons et les feuilles de la tige croissent l’un après l’autre suivant des axes qui se coupent en formant le célèbre angle d’or. Il est obtenu en divisant la circonférence (360 degrés) d’un cercle proportionnellement à la section d’or. La section d’or désigne un certain rapport de longueurs : deux segments de droite forment une proportion d’or lorsque la droite entière est au plus grand segment comme le plus grand segment est au plus petit. En matière d’Art et d’Architecture, cette proportion incarne l’Esthétique et l’Harmonie divines. La suite des nombres Fibonacci est un exemple de ce principe d’or : elle se calcule à l’infini à partir simplement de 0 et 1, le nombre suivant étant obtenu en additionnant les deux termes précédents.

Le quotient de deux nombres consécutifs de la suite de Fibonacci se rapproche de plus en plus des valeurs croissantes de la section d’or. Ces suites de nombres se retrouvent dans la structure du Tournesol, tout à sa tendance naturelle : diriger de manière optimale ses feuilles vers le soleil. Il y parvient quand celles-ci ne se font pas del’ombre. Pour cela, les distances entre elles correspondent à la suite Fibonacci. La structure de la fleur s’appuie sur ce même principe. Les fleurons implantés en angle d’or forment des parastiches (début de spirale) directes (enroulement vers la droite) et indirectes (enroulement vers la gauche). Une fleur contient le plus souvent 34 parastiches indirectes et 55 parastiches directes – deux termes consécutifs de la suite Fibonacci. Avec cette disposition, l’espace dans le réceptacle est utilisé au maximum. L’utilisation du Tournesol est largement diversifiée. Buvant beaucoup, elle sert à drainer les sols, comme en Hollande où il rend habitables des contrées humides et bourbeuses. La tige sèche est un bon allume-feu qui se laisse aussi transformer en papier. Quant aux bourgeons non éclos, leur préparation façon artichaut, en fait un délice. Le genre Tournesol comprend également le Topinambour originaire du Brésil (Helianthus tuberosus) dont les tubercules étaient une source de nourriture importante dans l’Europe du 17ème siècle.

La Plante dans nos Produits

L’huile de tournesol, de culture biologique contrôlée, forme la base traitante des Huiles de Soin Dr.Hauschka. On la retrouve également dans le Masque Apaisant, le Masque Protecteur, le Crayon contour des yeux, le Crayon à Lèvres Precision et le Crayon contour des lèvres. Dans la Cure Intensive pour la Nuit se trouve un extrait de tournesol fabriqué selon un procédé rythmique spécial, qui vient soutenir l’équilibre hydrolipidique de la peau.

♦♦♦♦