Dr. Hauschka

Santal

Synonymes: Santal de Mysore, Bois de Santal, Chandan, Chandana, Santal blanc
Nom scientifique: Santalum album L.
Famille: Santalacées

Habitat naturel

Inde du Sud, Malaisie

Constituants

Le bois : 3 à 5 % d’huile essentielle, en majorité huile de Santal

Description

Qui va en Inde n’en oublie jamais le parfum typique. L’odeur du Santal se retrouve partout, imprégnant habitations et vêtements et baignant les corps. C’est un arbre pouvant atteindre dix mètres de hauteur, restant vert toute l’année, fleurs comprises. Pas très exigeant quant à son habitat, il prospère aussi bien dans les vallées luxuriantes que sur des flancs montagneux arides. Il semble même que plus son habitat est pauvre et sec, plus son bois est parfumé. Ses feuilles, grandes et tannées, ressemblent à celles du Laurier. Au bout des branches, des grappes de fleurs à quatre pétales le plus souvent non odorantes jaunissent une fois fleuries, pour virer progressivement au rouge foncé. Le Santal est une espèce semi-parasite. Il tire ses nutriments en partie des racines de plantes avoisinantes, mais il peut aussi survivre de lui-même sans plantes hospitalières. Celles-ci sont très variées, ce sont par exemple des Herbacées, comme le Saccharum spontaneum (une canne à sucre), les Palmiers et les Araliacées. Les racines du Santal jeune possèdent à leur extrémité des organes de succion qui vont s’accoler sur les racines de la plante hospitalière avant de s’y enfoncer. Elles forment de petites nodosités de deux centimètres, qui se développent au fil de la croissance et permettent à l’arbre de s’arrimer solidement et de « pomper » si bien sa nourriture que la plante hospitalière s’amaigrit considérablement.

Utilisation

L’huile essentielle de Santal extraite du bois possède un effet décontractant sur les muscles, elle est antibactérienne et agit contre l’herpès. Extraite du cœur du bois de couleur rouge, cette huile essentielle est très recherchée dans l’industrie du parfum. Elle occasionne l’abattage d’arbres vieux de 30 à 60 ans. Alors qu’autrefois, on laissait faire la Nature par l’intermédiaire du travail des termites blancs qui nettoyaient pendant des mois l’écorce et l’aubier du cœur de l’arbre, aujourd’hui ce travail de termites est effectué par des machines. Le cœur du bois est débité en très petits morceaux avant d’être mis à distiller à la vapeur d’eau pour l’obtention de l’huile essentielle. Les copeaux de bois de Santal complètent le tabac à chiquer et conviennent aussi pour la fumigation sur des charbons ardents. Réduit en poudre, le bois de Santal sert à la confection des baguettes d’encens : la poudre est mélangée à un agent liant, par exemple la gomme arabique, et à du charbon, puis est roulée en forme de bâtonnets que l’on fait sécher. L’eau de Bois de Santal résiduelle de la distillation confère la note masculine par exemple aux lotions après-rasage.

A savoir

Le terme « santalum » provient vraisemblablement du sanscrit « candràh » signifiant brillant et blanc ; il décrit la couleur claire du bois. Le terme « album » renvoie lui aussi à la couleur blanche. La mention la plus ancienne du bois de Santal remonte au cinquième siècle avant J.-C. et se trouve dans le Nirukta, un des traités du Veda. Comme les termites n’arrivaient pas à détruire le noyau du duramen odorant, l’arbre était considéré en Inde comme sacré et protecteur. Son odeur chassait les mauvais esprits. Consacré au Dieu Shiva, il servait à la construction des temples comme à la sculpture de divinités « parfumées ». Selon la croyance hindoue, le bois de Santal aide à une meilleure réincarnation. C'est pour cela que son huile essentielle servait à l’embaumement des dépouilles de princes. De nos jours, lors de crémations d’Indiens aisés, le bûcher est garni de bois de Santal. Selon une légende hindoue, le Santal abrite toujours des serpents ivres de son parfum doux et sucré. Il semblerait aussi que la poudre de bois de Santal neutraliserait leur venin ainsi que celui des scorpions. Pendant le yoga, le Santal favorise le chakra racine, éveillant ainsi le serpent Kundalini, autrement dit aurait un effet aphrodisiaque. C’est au Moyen-Âge que le Santal a été introduit en Europe par les médecins arabes. Il a fait son entrée dans les pharmacies italiennes au 15ème siècle.

Dans son recueil d’herboristerie paru en 1557, le naturaliste allemand, médecin et botaniste, Adam Lonitzer (1528-1586), connu aussi sous le nom de Lonicerus, le décrivait comme un hémostatique, un fortifiant cœur-estomac-foie, un purifiant sanguin, mais également comme un antidote à la soif et à la chaleur. Au milieu du 19ème siècle, la médecine préconisa l’huile de bois de Santal pour les malades atteints de gonorrhée. La médecine ayurvédique met en évidence l’amertume bienfaisante et l’action apaisante et astringente du bois de Santal et préconise les compresses de poudre de Santal et d’eau de Rose pour soigner les inflammations et les maladies de peau. En aromathérapie, le parfum du bois de Santal est indiqué en cas d’activité cérébrale intense. Son action équilibrante apaise, décontracte et favorise la paix intérieure. L’autre espèce de bois de Santal, le Santal rouge (Pterocarpus santalinus L.) qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le Santal blanc, appartient aux Fabacées. Ayant joué très longtemps un grand rôle dans la teinture de la laine, il apporte une touche de rouge dans les mélanges de thés mais on ne lui reconnaît pas aujourd’hui d’effet thérapeutique.

La Plante dans nos Produits

L’huile de bois de Santal utilisée dans le Lait Créme pour le Corps Lavande Bois de Santal et la Crème Douche Lavande Bois de Santal Dr.Hauschka provient de plantations durables, bio-certifiées. Les écoles horticoles contribuent à la multiplication des arbres et des plantes parasites, tous deux replantés et cultivés. L’eau de bois de Santal, complétant la formule de la Cure Intensive Régénérante Dr.Hauschka, contient la partie hydrophile du distillat et donne à la peau fermeté et vitalité.

♦♦♦♦