Dr. Hauschka

Paquerette

Synonymes: Œil du jour
Nom scientifique: Bellis perennis L.
Famille: Asteracées

Habitat naturel

Sur tous les continents.

Constituants

Saponine, tanin, substances amères, flavonoïdes, anthoxanthine, huile essentielle.

Description

Qui n’a jamais fait de couronnes de pâquerettes quand il était enfant ? Pourtant, cette fleur poussant au ras du sol dans sa collerette de feuilles basilaires est si petite qu’on la remarque à peine. Ce n’est que lorsqu’elle tend son visage aux rayons du soleil que l’on tombe sous son charme. Elle le doit à son capitule à disque jaune, couronné de ligules rosissant sous leur face d’un blanc éclatant. Pour le protéger, ses pétales se referment sur lui la nuit ou sous la pluie, ce qui fait pencher la tête de la petite pâquerette. Fleurissant toute l’année dès les premiers jours du printemps jusqu’à la fin de l’automne, on la trouve partout, dans les lieux herbeux, au milieu des gazons. Même à la fonte des neiges, elle peu apparaître subtilement et nous mettre le baume au cœur.

Utilisation

La Pâquerette réputée en médecine populaire pour son effet dépuratif sanguin, stimulant du métabolisme et de l’appétit, et pour son action sur l’estomac, le foie et la vésicule biliaire, traite également les problèmes de peau. Son lien étroit avec celle-ci est absolument remarquable. La Pâquerette n’a rien à envier aux astéracées réputées vulnéraires comme Arnica, Calendula, Camomille et Achillée. Son suc cicatrisant et purifiant est apprécié pour traiter les blessures en cas de peau affaiblie dans ses fonctions, d’écrasements, de foulures et d’entorses. C’est le pansement « chéri » des bobos d’enfants qui fait vite oublier les larmes. L’herboriste Künzle, qui lui avait reconnu une utilité particulière pour les soins des enfants, la préconisait dans toutes les tisanes enfantines. Comme l’Ortie, elle ne manquait jamais dans la « soupe aux neuf herbes », consommée traditionnellement au printemps pour libérer l’organisme des toxines accumulées durant l’hiver.

A savoir

Selon une légende celte, les arbres noyés dans la brume épaisse des forêts nordiques souffraient de ne pas voir le ciel bleu. Pour les prévenir de l’arrivée du printemps, Baldur, le dieu soleil, faisait apparaître à leurs pieds une toute petite fleur en forme d’œil, qui conserva en Allemagne le nom Œil de Baldur. Dans le jardin enchanté de Freya, autre divinité germanique, la Pâquerette fleurit sans cesse, empêchée seulement par la nuit et le mauvais temps. Fleurs sacrées pour nos ancêtres celtiques, les pâquerettes se transforment dans les mains des enfants en tresses et en couronnes. Au Moyen Âge, où les divinités et les forces surnaturelles avaient leur plante attitrée, la Pâquerette revenait à Sainte Marguerite, patronne des paysans, ou des classes modestes. Mais elle connut aussi son heure de gloire en figurant plus tard sur les armoiries du roi Louis IX (1214 -1270) aux côtés du Lys. Il existe même un anneau que ce roi fit réaliser avec des entrelacs à motifs de pâquerette.

La Plante vue autrement

Le pouvoir régénérant de la Pâquerette est très fort et concentré au niveau de ses feuilles. Celles-ci ne cessent de se former tout au long de l’année et la fleur démontre sa force de résistance et d’endurance sous le piétinement continuel. Cette force est associée à l’organe du foie chez l’Homme, résonance qui en faisait déjà dans des temps reculés, une plante hépatique. La rosette basilaire, solidement ancrée dans le sol, est un signe du lien direct de la fleur avec la terre et indique une forte teneur en minéraux. Cette astéracée stimule le processus-chaleur et la fonction rénale, intensifie le métabolisme et favorise ainsi l’élimination des toxines.

La Plante dans nos Produits

Dans la Cosmétique Dr.Hauschka, la Pâquerette entre dans la composition des soins du visage comme la Lotion Clarifiante ainsi que dans le Bain de Vapeur pour le Visage. En combinaison avec d’autres plantes, elle aide à dissoudre le sébum des pores, active le métabolisme cutané et rend la peau réceptive aux substances curatives. La stimulation de la fonction rénale et l’intensification du métabolisme, liés à l’action sur le foie, sont également très favorables dans le traitement de l’acné.

♦♦♦♦