Dr. Hauschka

Bryophyllum

Synonymes: Kalanchoé de Grémont, Côtelettes du diable, Plante de la bonne chance
Nom scientifique: Kalanchoë daigremontiana
Famille: Crassulacées

Habitat naturel

Les Tropiques, comme Calcutta, Madagascar

Constituants

Acides végétaux comme acide isocitrique, acide malique, acides tartriques libres, bufadienolide, alcaloïdes, oxalate de calcium, flavonoïdes, anthocyanes, tanins.

Description

Une des caractéristiques du Bryophyllum, qui lui vaut son nom vernaculaire anglais « Mother of thousands » = mère de milliers, est que ses plantules se répandent en grand nombre autour de lui telle une flopée d’enfants. Bien droites sur leurs pétioles, les feuilles comportent dans leurs échancrures de petites loges où se forment les graines et démarrent les bulbilles. Au contact de la terre, ceux-ci s’enracinent rapidement pour donner naissance à une foison de nouvelles plantes. Un film de cire lustrant le vert des feuilles et des tiges épaisses recouvre entièrement le tissu végétal qui devient un réservoir d’eau protégé de l’évaporation. C’est ainsi que le Bryophyllum prolifère même en milieu aride. Son métabolisme adapté à la sécheresse lui permet de retenir sa respiration le jour, évitant ainsi l’évaporation, pour ne respirer que la nuit, en concentrant dioxyde de carbone et acide malique pour la photosynthèse du jour suivant. Ce processus de type CAM (Crassulacean Acid Metabolism) est caractéristique de bon nombre de Cactées. Une particularité du Bryophyllum est de continuer à fleurir même à l’entrée de l’hiver quand les nuits se font plus longues que les jours : les fleurs encore suspendues, fermées pour la plupart, passent progressivement du vert au violet pâle, et les bulbilles ne cessent de se multiplier, à croire que leur force de reproduction est supérieure à celles des semences.

Utilisation

Dans la médecine populaire tropicale, le suc de Bryophyllum s’emploie en usage interne contre la diarrhée et « toutes sortes de fièvre ». En usage externe, il est combiné avec de l’huile ou du beurre de karité pour servir d’onguent en cas d’ulcères, d’abcès, de brûlures ou de plaies difficiles à cicatriser. Hémostatique, cette préparation est aussi anti-inflammatoire. Rudolf Steiner fut le premier à introduire le Bryophyllum en 1923 comme plante médicinale contre l’hystérie.

A savoir

La traduction littérale de "Bryophyllum" « feuille qui pousse » provient du grec "bryein" = croître, bourgeon, et de "phyllon" = feuille. Les premiers spécimens parviennent vers 1800 en Europe dans les jardins botaniques, via l’Angleterre. Goethe se passionnait déjà pour le "Bryophyllum calycinum" (Kalanchoe pinnata), genre proche du "Bryophyllum de Grémont". Il en faisait pousser à profusion et en envoyait à tous ses amis. A Marianne von Willemer, il écrivit : « Je vous ai fait parvenir ces jours-ci un petit paquet qui vous donne l’agréable mission de faire pousser une plante en souvenir d’un ami très cher. Puissent ces feuilles fertiles faire moult racines et abondance de graines afin que l’envie vous vienne de les envoyer à votre tour à tous vos amis, pour que perdure ou soit ravivé le souvenir de leur expéditeur ». (Lettre d’avril 1830). Kalanchoë daigremontiana qui, du reste, croît et prolifère plus rapidement que le genre Calycinum, est celui qu’on utilise pour la fabrication pharmaceutique et cosmétique.

La Plante vue autrement

Le Bryophyllum tient de l’embryonnaire, de la chose pas encore formée, en cours de formation. Ses bulbilles continuent de bourgeonner à foison, même après le temps de la floraison. La plante semble concentrer toute son énergie dans la reproduction, au détriment de ses formations plus structurées comme les fleurs et les semences. Ce phénomène est assimilé à une pathologie humaine, l’hystérie où l’être, coupé de lui-même, semble ne plus maîtriser ses forces débridées de décision et d’imagination. Aussi, en présence de symptômes relevant de l’hystérie, la médecine anthroposophique indique-t-elle le Bryophyllum en usage interne. 

La Plante dans nos Produits

Quant à la Cosmétique Dr.Hauschka, elle en fait un ingrédient de choix pour sa forte teneur hydrique et son lot de propriétés : cicatrisante, rafraîchissante, hémostatique, astringente et anti-inflammatoire pour la fabrication de la Crème pour les Mains, de la Cure Intensive pour la Nuit, du Cure Intensive pour Peaux Réactives et du Sérum Régénérant Jour/Nuit.

♦♦♦♦