Dr. Hauschka

Romarin

Synonymes: Herbe-aux-couronnes, Rosée de mer, Rose marine, Romarin des troubadours, Bouquet-de-la-Vierge
Nom scientifique: Rosmarinus officinalis L.
Famille: Lamiacées

Habitat naturel

Bassin méditerranéen

Constituants

Huiles essentielles, résines, tanins, flavonoïdes, substances amères

Description

Les grillons stridulent, le soleil darde ses rayons, des senteurs chargées d’histoires embaument l’air, c’est le Romarin. Plante méditerranéenne, fleurissant de mars à mai, le Romarin dresse fièrement ses épis aux minuscules sommités bleues et lippues en forme de casque, tendant comme autant d’aiguillons ses feuilles persistantes, au revers blanc et duveteux. Le Romarin peut atteindre une hauteur de deux mètres sur les sols secs, ses préférés, les coteaux ensoleillés. Sensible au givre à l’origine, il s’est acclimaté entre temps aux climats nordiques, sa seule exigence étant d’être planté dans un lieu abrité. Certaines espèces peuvent résister ainsi jusqu’à -15°C.

Utilisation

Tonifiant la circulation sanguine, le Romarin est un équilibrant du système nerveux. On le préconise contre les spasmes digestifs et les ballonnements, les rhumatismes et la goutte, ainsi qu’en cas de fatigue chronique et de faiblesse artérielle. Son utilisation dans l’alimentation courante facilite la digestion, prévient les crampes d’estomac, les dyspepsies et les troubles de la vésicule biliaire.

A savoir

« Romarin » est un nom à l’origine bien controversée. D’aucuns citent le grec rhops myrinos qui signifie « buisson odorant », d’autres partent du latin « ros » = rosée et « mare » = mer, ce qui tendrait pour un habitat d’origine côtière. Au premier siècle après J.C., le Romarin traversa les Alpes et atteignit l’Europe du Nord grâce aux moines colonisateurs. Au 16e siècle il connut son apogée sous le nom d’Aqua Reginae, un distillat de fleurs fraîches et d’alcool que la reine Isabelle de Hongrie utilisait sans limite contre la goutte qui la paralysait et qui lui fit retrouver une deuxième jeunesse à 72 ans, si bien qu’elle fut demandée en mariage par un roi polonais. Le Romarin, emblème de la déesse de l’Amour Aphrodite, se partage les honneurs aussi bien chez les divinités que parmi les communs des mortels. Ainsi accompagnait-il traditionnellement les mariages et pour ceux qui en touchaient quand il était en fleurs, il préfigurait amour et épousailles dans l’année. Il lui arriva de servir de plante funéraire aussi. Quant à l’incapacité au véritable amour de l’homme insensible au parfum du Romarin, les débats restent ouverts…

La Plante vue autrement

En principe le parfum d’une plante se reconnaît grâce à ses fleurs. Ce sont elles qui abritent les huiles essentielles. Pour le Romarin, il en va autrement : ce sont ses feuilles qui contiennent les huiles essentielles. Des feuilles-fleurs lancéolées, en somme aussi odorantes que des pétales. Le soleil de la Méditerranée n’est pas étranger à la formation du parfum. Le Romarin l’aime tellement qu’il le concentre à cœur dans ses feuilles et en restitue l’action réchauffante, à la fois formatrice, structurante et stimulante pour l’Etre humain. 

♦♦♦♦