Dr. Hauschka

Oignon

Synonymes: Ail oignon, échalote
Nom scientifique: Allium cepa L.
Famille: Alliacées

Habitat naturel

Steppes des régions d’Asie occidentale et centrale, origine probable : Afghanistan

Constituants

Alliine, allicine, polysulfures, oxyde de propanethial, vitamines, flavonoïdes dans l’enveloppe

Description

Utilisant communément ce bulbe d’une grande simplicité en cuisine, l’on en oublierait presque qu’il peut germer, faire croître une plante et fleurir.
Peu de gens soupçonnent par ailleurs ses vertus thérapeutiques. Avec son enveloppe extérieure sèche et brune – rouge ou blanche, sur les cultivars –, l’oignon de cuisine est parfois oublié pendant suffisamment de temps pour développer de petites pousses vertes. On le consomme également avec ses feuilles tubulaires développées, forme appelée « oignon nouveau ».

À partir de la deuxième année après sa plantation, l’oignon développe, de juin à août, un capitule sphérique composé de minuscules fleurs blanc-vert, campé sur une tige d’une hauteur de 50 à 120 centimètres. Les nombreuses couches de l’oignon de cuisine sont en réalité des feuilles transformées en organes de réserve. La tige est uniquement présente au niveau du plateau inférieur de l’oignon, dont sont issues les racines. Au bourgeonnement, les feuilles pointues poussent et se métamorphosent une fois sorties de terre.

Utilisation

Les oignons frais n’ont pas seulement bon goût. Bénéfiques pour le renforcement du système immunitaire, les composés sulfurés qu’il contient ont également un effet antimicrobien et antiviral. Ils permettent d’éviter les dépôts dans les vaisseaux et favorisent la dissolution des caillots dans le sang. Les oignons stimulent la sécrétion des glandes, la digestion, l’appétit et la guérison des plaies. Ils sont efficaces pour prévenir contre la grippe, le rhume et les maux de gorge, ou encore apaiser la toux.

Sous forme homéopathique, l’oignon potentialisé est employé contre les maux d’oreille, les nombreux symptômes de refroidissement, l’asthme et la bronchite chez les personnes âgées. Il est également efficace contre les rhumatismes. L’oignon haché au miel, pris à la cuillère, ou encore le sirop à base d’oignon haché et de sucre, sont des remèdes reconnus contre les refroidissements et la toux. Les compresses aux oignons hachés sont également efficaces contre la majorité des maladies inflammatoires : sinusites, abcès, furoncles, angines, pneumonies, ou encore maux d’oreille. Un demi-oignon appliqué sur une piqûre d’insecte est également apaisant.

A savoir

L’origine du nom scientifique Allium n’est pas clairement définie. Cette appellation provient vraisemblablement de la langue des Messapes, habitants du sud de l’Italie dans l’Antiquité, dont quelques rares vestiges nous sont restés. L’épithète scientifique cepa est sans doute issu du latin cepe, signifiant oignon.

Dans les contrées asiatiques d’où il provient, l’oignon est connu depuis plus de 5000 ans comme plante médicinale, condiment et légume.
Au début du néolithique, l’oignon parvint dans les régions de la Chine et de l’Inde, où de puissantes vertus contre les épidémies lui furent prêtées. En Chine, l’oignon est symbole de sagesse. Les sages-femmes touchent la tête des nouveau-nés avec un oignon afin qu’ils soient pleins d’esprit. Les Égyptiens offraient des oignons aux dieux, les donnaient en alimentation aux ouvriers de construction des pyramides et aux défunts, en guise de provisions pour le voyage vers l’au-delà. Il était reçu que la croissance des oignons était associée aux phases de la lune.

Les prêtres les consacraient à la déesse Isis, maîtresse de la lune et des femmes, et gardienne de l’eau de la vie. On lui prêtait également des vertus aphrodisiaques : en ancien égyptien, le mot « testicule » était identique au mot « oignon ».

Dans les steppes nord-américaines, les indigènes cueillaient l’oignon sauvage pour le consommer à la fois en tant que légume et que plante médicinale. À l’origine, le nom de la ville de Chicago signifie « lieu des oignons sauvages ».

Les Romains importèrent probablement l’oignon du continent asiatique vers l’Europe et le propagèrent dans leur régions. Alors considéré comme « nourriture du pauvre », l’oignon était alors proscrit dans la haute société. Cela n’empêcha pas l’oignon de devenir l’un des légumes les plus répandus en Europe. Au 15e siècle, les Hollandais se mirent à en cultiver de nombreuses espèces variant en forme, en couleur et en goût. L’oignon fait l’objet d’un grand nombre de mythes et croyances populaires. On lui prêtait le pouvoir de lier les poisons, le malheur et les puissances des ténèbres afin de les maintenir à distance des humains.

Il se développa ainsi dans toute l’Europe des coutumes consistant à suspendre des oignons pour la protection des maisons ou des étables, ou encore au-dessus du lit des malades. On le portait également sur soi en amulette afin de se protéger contre la maladie, les démons ou contre le mauvais œil.

L'oignon était encore employé afin de prédire l’avenir. Certains employaient douze peaux d’oignons saupoudrées de sel pendant la nuit de Noël ou à la Saint-Sylvestre pour s’en servir de calendrier. Chaque peau représentait un mois. La quantité d’eau ensuite accumulée dans les peaux le lendemain permettait de déterminer si le mois correspondant serait pluvieux ou non. Les jeunes filles désireuses de se marier plaçaient dans leur chambre, entre Noël et l’Épiphanie, un oignon pour chaque jeune homme envisagé. Si l’un d’entre eux germait, son mariage devait avoir lieu dans l’année.

Les larmes qui coulent lors de la découpe des oignons sont causées par la présence de l’oxyde de propanethial. Ce composé sulfuré divise une enzyme au niveau de la paroi des cellules dès que l’oignon est fendu. Dans la nature, ce mécanisme sophistiqué protège l’oignon contre les animaux qui s’en nourriraient. Pour les amateurs de viande, l’oignon n’est pas seulement intéressant pour son goût. Macérée pendant une nuit dans un mélange d’oignon et d’huile d’olive, une viande trop ferme devient tendre à souhait.

♦♦♦♦