Dr. Hauschka

Menthe

Synonymes: Menthe de Notre Dame, Menthe anglaise
Nom scientifique: Mentha piperita L.
Famille: Lamiaceae (labiées)

Habitat naturel

Origine assez vague. Pousse un peu partout en Europe et en Amérique du Nord

Constituants

Huile essentielle, dont jusqu’à 60 % de menthol, flavonoïdes, tanins, substances amères

Description

Appartenant aux plantes immédiatement reconnaissables à leur parfum, la Menthe exhale le sien, très épicé, au froissement de ses feuilles vert foncé, ovales à lancéolées, finement dentées. Une plantule de cette herbacée pluriannuelle suffit pour en faire un tapis au jardin car la Menthe se propage à l'aide de stolons sous et sur terre. Les tiges de 30 à 80 cm se parent de juillet à septembre de petits épis de fleurs aux tons parme.  

Utilisation

Les huiles essentielles de Menthe ont des propriétés antiseptiques, antibactériennes et antifongiques (levures et moisissures). L'infusion des feuilles, apéritive et antispasmodique, vient en aide dans les cas de nausées et de vomissements aigüs. Favorisant la production et l’écoulement de la bile, son action antiseptique soulage les inflammations des muqueuses  buccales. Pour son effet calmant sur la peau et stimulant sur la circulation sanguine, l'huile essentielle de Menthe entre dans la composition des produits de soin pour le corps. En application externe, elle soulage aussi bien les douleurs articulaires que les maux de tête.

A savoir

Le nom de l'espèce, piperita, fait référence au goût poivré. Quant à Mentha, il faut chercher du côté de Mintha, une nymphe qui, pour avoir tenté de séduire Hadès, dieu grec des Enfers et époux de Perséphone, fut transformée par l'épouse vengeresse en une plante insignifiante. Le compatissant Hadès tenta de la consoler en lui attribuant un parfum... d'enfer. Depuis, la Menthe, associée à Hécate, amie de Perséphone et déesse de la Mort, est un ingrédient incontournable des philtres magiques. Surnommée « magie verte » chez les Anglais, elle compte plusieurs espèces qui ont donné lieu à plusieurs croyances populaires, comme : « celui qui en trouve un brin fleuri à la Saint-Jean est assuré à vie contre la malchance », ou bien, « en planter dans son jardin attire la richesse ». En France, on utilise la Menthe et le Millepertuis pour se protéger des mauvais esprits et des jeteurs de sort. En Italie aussi, cette protection divinement mentholée contre les maladies et le mauvais sort valait pour les jeunes enfants et les vers à soie. Dans l'Antiquité, la Menthe symbolisait la Sagesse et la Vertu, mais aussi l'Amour puisqu'elle était dédiée à Vénus. Ce n'est pas Mintha qui dira le contraire.

Les marins anglais au long cours avaient découvert que pour garder leur eau potable le plus longtemps fraîche, il suffisait d'y mettre des feuilles de Menthe. Cette astuce de marin est valable aussi, dit-on, pour améliorer la qualité de l'eau des fleurs coupées.

Le nombre d’espèces de Menthe est à peine calculable. Menthe d'orange, de sauge ou d'ananas, la plante peut être champêtre ou aquatique, Pouliot ou de Thüringe, chacune se distinguant des autres par son odeur et son aspect. Sur ce point, la visite d'une jardinerie bien achalandée vaut le détour.

Mais d'où vient réellement cette Menthe que l'on mâche, sirote et suce, qu'elle soit bonbon, thé ou infusion ? D'un caprice de la Nature.
La Menthe médicinale utilisée de nos jours est née en 1696 en plein champ, d’un croisement de deux espèces, Mentha spicata et Mentha aquatica. Pour les gens perspicaces qui surent la voir, non pas comme un intrus d'un genre bâtard, elle se révéla comme une source de bienfaits, et se mirent à la cultiver. Quelle fierté ils en auraient tiré aujourd'hui en apprenant que leur petite protégée a été déclarée en 2004 plante médicinale de l'année ! Cet honneur provient du Cercle d’études « Histoire de l’évolution des plantes médicinales » de l’Université de Würzbourg qui, tous les ans, sélectionne une plante particulièrement précieuse. Menthe par-ci, Menthe par-là, comment ne pas approuver.

♦♦♦♦