Dr. Hauschka

Mélisse

Synonymes: Céline, Citronnade, Citronnelle, Piment des abeilles, Thé de France, Silène poncirade.
Nom scientifique: Melissa officinalis L.
Famille: Lamiacées (Labiates)

Habitat naturel

Partie orientale de la région méditerranéenne

Constituants

Huiles essentielles : citronnellol, citral et caryophyllènes. Tanins des labiées, flavonoïdes

Description

Quand on aime les plates-bandes dans son jardin, on y plante de la Mélisse qui, du reste, si on la laisse faire, prolifèrera aux alentours grâce à sa longue souche traçante. Cette herbacée vivace ramifiée peut atteindre 90 cm de haut. Sa tige quadrangulaire porte des feuilles vert clair bien regroupées évoquant la Menthe. Entre juillet et août, de petites fleurs blanches à la senteur sucrée apparaissent dans la partie supérieure de la plante. En regardant de près, on peut reconnaître la « lèvre » caractéristique des Labiacées. Le parfum citronné de la Mélisse se développe lorsqu’on passe la main sur les feuilles, mais il perd en intensité lorsque la plante commence sa floraison.

Utilisation

La Mélisse est utilisée en premier lieu pour sa propriété sédative. Une infusion le soir favorise l’endormissement en cas d’agitation. Elle est aussi un calmant stomaco-intestinal, ce qu’elle doit à son action carminative et antispamodique. Cette triple propriété est indiquée pour les affections de la vésicule biliaire. Combinée avec d’autres plantes médicinales, la Mélisse soutient la fonction cardio-circulatoire en cas de troubles nerveux. Son action antivirale serait due à sa teneur en tanin des labiées, positive par exemple contre le virus de l’herpès.

A savoir

Le nom Mélisse dérivant du grec Melissa = abeille à miel indique, on ne peut mieux, que la plante est amie avec l’Abeille. Pour preuve, les apiculteurs la plantaient autrefois au pied des ruches et se servaient de l’huile de Mélisse pour les nettoyer. Dans l’Antiquité déjà, la Mélisse était reconnue pour sa vertu thérapeutique, ce qui n’empêcha pas de commettre des erreurs d’indication, telle par exemple son emploi contre les morsures de scorpion. En revanche, le médecin grec Dioscoride (1er siècle) voyait juste en la préconisant en lavements pour les troubles intestinaux. Le médecin perse Avicenne (980-1037) voyait en elle une force prometteuse sur le psychisme tandis que Hildegard von Bingen (1908-1179) en faisait remarquer l’influence sur l’activité cardiaque : « Ce remède rend le cœur joyeux. » Les Carmélites de l’abbaye St.Juste l’employaient pour fabriquer leur fameuse eau de Mélisse ou Eau des Carmes destinée à Charles V (1338-1380) contre les risques de refroidissement et les problèmes stomaco-intestinaux. L’Anglais John Evelyn, auteur, architecte et paysagiste (1620-1706), en décrivait quant à lui l’activité stimulante sur la mémoire, une pseudo propriété propre à la plante qui fit naitre sur les rives du Rhin et du Main grand nombre de recettes secrètes pour l’obtention de l’esprit de Mélisse, censé renforcer la concentration. C’est à l’état frais que les feuilles de Mélisse dégagent le plus intensément leur odeur.

Séchées, elles perdent leur arôme intense en quelques mois. Il est bien alors de réserver à la Mélisse un petit coin de jardin ou de balcon pas trop ensoleillé pour l’avoir à l’état frais, salutaire non seulement en infusion mais aussi dans les salades et les mets sucrés. Son parfum puissant volatile n’est pas facile à exploiter, étant donné le coût très élevé de l’huile essentielle de Mélisse. Aussi, dans le commerce, trouve-t-on le plus souvent de l’huile essentielle de Lemongrass indien (Cymbopogon flexosus), dont le parfum similaire peut prêter à confusion, mais qui n’a en commun que le nom : huile de Mélisse indienne.

La Plante vue autrement

L’appareil « feuille » chez une plante relie les deux pôles que sont la racine et la fleur. Si la feuille est particulièrement mise en valeur, par exemple avec une odeur intense comme pour la Mélisse, cela signifie qu’elle a un puissant lien harmonisant avec les rythmes de l’être humain. Des rythmes comme on en trouve dans le système cœur - circulation sanguine, qui sert de transmetteur entre les différents processus formant des pôles chez l’Homme, tout comme la digestion et l’activité sensorielle, par exemple. La Mélisse a l’art et la manière de transmettre et d’équilibrer, par exemple, lorsque l’activité sensorielle rend agité et tendu, ou prive la digestion d’énergie au point de la perturber. Son être plein de douceur, aux feuilles arrondies et au parfum délicieux, en fait une plante médicinale à effet lent, qui apaise et délasse.

♦♦♦♦