Dr. Hauschka

Marjolaine

Synonymes: Origan des jardins, Marjolaine des jardins
Nom scientifique: Origanum majorana L.
Famille: Labiacées

Habitat naturel

Sud de l’Asie

Constituants

Huile essentielle, principes amers, tanins

Description

Beaucoup utilisent la marjolaine en tant qu’ingrédient afin de faciliter la digestion des plats riches en matières grasses. Cette plante délicate fait partie de la grande famille des labiacées, comprenant de nombreuses herbes d'assaisonnement telles que le thym, le basilic, la sauge, le romarin, la sarriette, la menthe, et bien d’autres.

Les tiges à quatre côtes, fines et rosées, portent de nombreuses ramifications sur lesquelles poussent de petites feuilles vert-argenté, ovales et feutrées. La sécrétion d’huile est également caractéristique de cette plante compacte pouvant atteindre 50 centimètres.
Les fleurs légèrement rosées de la marjolaine s’épanouissent de juin à septembre en panicules spiciformes poussant dans le creux de leur bractée.

Bien que pouvant vivre plusieurs années, la marjolaine, sensible au froid et amatrice de chaleur, ne résiste pas aux hivers des latitudes européennes. Sa longévité y est ainsi réduite à une année.

Utilisation

La marjolaine présente des vertus bienfaitrices contre les difficultés digestives, l’inappétence, les ballonnements et la dysenterie. Sous forme d’onguent, les préparations à base de marjolaine sont utilisées contre le rhume et le ballonnement chez le nourrisson et l’enfant en bas âge, ainsi que contre les névralgies, les luxations, les plaies et les ulcères.
Sous forme homéopathique, elle est également utilisée pour ses effets sur le système nerveux et les organes génitaux féminins, contre les troubles sexuels.

A savoir

Le nom de la marjolaine est issu du mot arabe Marjamie, qui signifie « incomparable ».

Les Égyptiens, les Arabes, les Grecs et les Romains appréciaient tout particulièrement cette épice venue d’Inde. Dans l’Antiquité, la marjolaine était consacrée à la déesse Aphrodite, que l’on croyait avoir créé cette plante salutaire dans un état de bonheur absolu. La marjolaine était brûlée en son honneur. Le vin aromatisé à la marjolaine était réputé renforcer les forces et le désir d'amour.

Au premier siècle, Pline l’Ancien décrivait déjà une méthode d’assaisonnement du vin (env. 23-79 apr. J.-C.). Selon sa description, les Romains avaient pour coutume d’aspirer la fumée d’une pipe fourrée d’herbe, principalement de marjolaine, avant de boire du vin. La fumée à la marjolaine se mélangeait alors au vin pour former une boisson aromatisée.

Les femmes de la Grèce antique parfumaient leurs sourcils et leurs cheveux d’huile essentielle de marjolaine. Le plus ancien livre de recettes connu, De re coquinaria (L’art culinaire), composé par le plus réputé gastronome romain Marcus Gavius Apicius (1er siècle apr. J.-C.), inclut la marjolaine parmi ses ingrédients les plus utilisés.

Aujourd'hui encore, cette épice classique facilite la digestion des plats riches en matières grasses et des légumes secs.

La marjolaine a été importée en Europe par les Arabes, au 16e siècle. Au Moyen-Âge, on lui prêtait une puissance magique : elle était réputée faire fuir les esprits, les farfadets et les sorcières, et annuler l’effet des sorts et malédictions. En raison de cette supposée vertu, toutes les maisons étaient ornées d’un bouquet de marjolaine séchée. À la naissance d’un enfant, un peu de marjolaine et de carvi éparpillés sur le rebord de la fenêtre protégeait l’enfant contre les mauvais esprits. L’eau de marjolaine était également supposée favoriser le développement de la parole chez l’enfant.

♦♦♦♦