Dr. Hauschka

Fraise-des-bois

Synonymes: Fraisier commun, fraisier sauvage, fraisier des quatre saisons, caperon, capron
Nom scientifique: Fragaria vesca L.
Famille: Rosacées

Habitat naturel

Europe et Asie du Nord

Constituants

Tanins (dans la racine et dans les feuilles âgées) ; vitamine C (dans les fruits) ; flavonoïdes ; importantes substances minérales, dont le Fer.

Description

Ces Rosacées sont de petits trésors de saveurs, que l’on peut facilement planter sur son balcon ou dans son jardin, ou trouver dans la forêt, au cœur d’une clairière ou le long de fourrés ensoleillés. A l’âge adulte, cette herbacée vivace se multiplie en rosettes pouvant atteindre 20 cm de haut, avec de nombreux stolons dont les nodosités portent les nouvelles plantules. Les feuilles, fleurs et fruits ressemblent aux fraises de nos marchés, mais en plus petit. De la taille d’un bon centimètre, elles n’en sont que plus goûteuses. La partie comestible est en fait ce qu’on appelle un pseudo-fruit. Après la fertilisation des fleurs qui fleurissent à partir de mai ou de juin dans des endroits ensoleillés et jusqu’aux premières gelées, la chair du fruit se développe sur le réceptacle de la fleur. Ce pseudo-fruit porte en fait les fruits véritables en forme d’akènes. C’est pourquoi les botanistes parlent également de fruits polyakènes. Contrairement aux akènes dorés de la Fraise des jardins, ceux de la Fraise des bois sont rouges, une couleur qui attire tous les animaux, alléchés autant que nous par le goût. En rejetant ces petits akènes indigestes une fois avalés, renards, blaireaux, écureuils, hérissons, campagnols et loirs, oiseaux escargots et insectes contribuent à la prolifération de la Fraise des bois.

Utilisation

Infusées, les feuilles riches en tanins peuvent être indiquées en gargarismes contre les inflammations des muqueuses, ou simplement en boisson pour atténuer les dysfonctions digestives, en particulier diarrhéiques, et aider à la reconstitution du capital en fer chez les anémiés. Combinées avec des feuilles de Vigne, les feuilles de Fraisier améliorent de plus les fonctions hépatique et biliaire. Sebastian Kneipp (1821 – 1897) préconisait cette infusion de feuilles de Fraisier pour les enfants de faible constitution. A maturité, la Fraise des bois compte parmi les fruits les plus riches en vitamine C. En homéopathie, les dilutions de fruits servent à traiter tant les troubles circulatoires et digestifs que les urticaires.

A savoir

Le nom botanique Fragaria provient du latin fragare = sentir, embaumer. Le complément vesca signifie comestible. Le terme allemand, Erdbeere, décrit une croissance au ras du sol. La Fraise des bois n’est pas la forme sauvage de la simple fraise des jardins (Fragaria × ananassa), qui, elle, est le croisement de deux espèces originaires d’Amérique, Blanche du Chili (Fragaria chiloensis), remarquable par sa grosseur, et la Fraise de Virginie (Fragaria virginiana). Les essais de croisement ont eu lieu dans les jardins d’Europe entre 1714 et 1759, dans le but d’obtenir des fruits résistants au gel et plus gros que les fraises des bois. Au 14ème siècle , les fraises des bois étaient cultivées sur de grandes étendues. La Fraise des bois faisait partie, déjà au début de l’Age de pierre, de l’alimentation humaine, comme en témoignent les découvertes archéologiques. C’est avec l'arrivée des fraises de jardin que sa culture tombe dans l’oubli. Appelée aujourd’hui Fraise des Quatre Saisons, un croisement avec la Fraise des bois, son retour dans les jardins est devenue chose courante. Les akènes rouges de la Fraise des bois développent à la cuisson une substance amère produisant une légère amertume dans les confitures. Dans l’histoire de l’Art, la Fraise symbolise souvent la Modestie et l’Humilité, en particulier dans les représentations de Marie et de Jésus.

Ovide la désignait comme un aliment typique de l’Age d’or, l’ère idéale des origines de l’humanité dans laquelle les êtres vivaient ensemble en paix, au sein de la Nature. Dans la mythologie germanique la Fraise des bois était l’attribut de la déesse Frigg, épouse du dieu Odin et protectrice du Mariage et de la Maternité. Selon la légende, elle cachait dans des fraises les enfants décédés pour pouvoir les emmener au Walhalla, reposer auprès des valeureux soldats morts au combat. Chez les Chrétiens, l’image de la Fraise côtoie Marie, qui, descendant sur Terre une fois par an, y cueille des fraises pour les enfants du Paradis. Un autre lien entre la Fraise et l’Enfant apparaît chez les Frères Grimm dans le conte des « Trois Nains de la Forêt » : une méchante marâtre confectionne un vilain habit en papier pour sa belle-fille et l’envoie ainsi vêtue dans la forêt en plein hiver pour y cueillir des fraises. Dans cette mission désespérée, la jeune fille tombe sur la cabane de trois nains avec lesquels elle partage son maigre bout de pain. Pour la remercier, ceux-ci la récompensent en faisant apparaître des fraises par magie et lui accordent trois souhaits : des pièces d’or qui lui tombent de la bouche à chaque mot, une beauté toujours plus resplendissante et un prince pour mari. Certes, c’est un conte, tous les souhaits sont réalisés, et la méchante marâtre avec sa détestable fille, qui refuse avec dédain de rendre le moindre service aux trois nains, n’échappe pas à la punition méritée.

♦♦♦♦