Dr. Hauschka

Coing

Synonymes: Pomme de Cydon, Pomme d’or
Nom scientifique: Cydonia oblonga
Famille: Rosacées

Habitat naturel

Originaire semble-t-il du Caucase, la culture du Coing était déjà connue dans la Grèce Antique. C’est l’historien romain Pline (24 à 79 après J.C.) qui le mentionna pour la première fois. L’Europe centrale en apprécia les fruits jusqu’en 1900. Pommes et p

Constituants

Mucilages, amygdaline, émulsine, tanins, huile grasse, vitamine C.

Description

Le Cognassier, pouvant atteindre 3 à 4 mètres de haut à l’état sauvage, est un arbuste qui de mai à juin se couvre de superbes fleurs blanches ou rose pâle en forme de ciboire. Ses fruits, piriformes ou ronds, pèsent de 300 à 500 grammes et sont reconnaissables à leur écorce duveteuse qui s’élimine facilement au frottement. Sous ce duvet apparaît un film de cire au parfum frais et suave. Bien qu’il ait été cultivé depuis des siècles, le Coing s’est très peu modifié. Aussi est-il toujours considéré comme un fruit sauvage. Le bois du Cognassier craint le gel. Il préfère les endroits abrités. Résistant aux maladies et aux parasites, son principal ennemi est le feu. La récolte des fruits a lieu de septembre à octobre. Ses fruits sont récoltés dès que le vert de l’écorce vire au jaune or. Bien à l’abri et au frais, les coings se conservent alors jusqu’à dix semaines.

Utilisation

Même arrivé à maturité, le coing ne se consomme pas frais, n’en déplaise à sa belle couleur jaune brillant et son arôme. Sa pulpe est acide, ligneuse et âpre. La saveur exquise du coing s’apprécie surtout en gelée, pâte de fruit, jus et au sirop. Le mucilage de Coing apaise les irritations. L’extrait de semence est employé dans la préparation des remèdes contre la toux et les troubles stomacaux et intestinaux. Des compresses de mucilage à base de semences écrasées aident à soulager les blessures et les inflammations articulaires. Le mucilage de coing est encore utilisé en bain de bouche contre les inflammations de la bouche et de la gorge.

A savoir

Déjà dans l’Antiquité, le Coing était symbole de bonheur, d’amour et de fertilité. Ainsi, selon une coutume d’Athènes, la jeune mariée devait manger un Coing sur le seuil de sa future demeure, avant d’y pénétrer, afin d’avoir autant d’enfants que de pépins contenus dans le fruit. Du moment que le Coing était cuit… Le Coing pouvait aussi éviter l’ivresse si l’on s’en tient aux propos de Simon Seth, médecin au 11e siècle après J.C. : « Boire son vin en mangeant des Coings empêche les vapeurs de monter à la tête ». Le nom scientifique « Mela Cydonia » provient du Grec si l’on considère que le Coing est issu de la Canée (appelée Cydon ou Kydonia). Kydonia étant une ville située en Crête et « Malum » désignant la pomme. La combinaison « Kydomalon », pomme de Kydonia donna plus tard le terme « Coing ».

La Plante vue autrement

Le Coing est un fruit tendre et délicat qui sait se protéger. Son apparence n’a cependant rien de dur, au contraire, son duvet inspire la douceur. Ses parties ligneuses à l’intérieur conservent l’humidité. Sa forte teneur en mucilage lui permet d’amalgamer huiles essentielles et graisses avec de l’eau.

♦♦♦♦