Dr. Hauschka

Bardane

Synonymes: Dogue, Glouteron, Grande Bardane, Gratteron, Lampourde Napolier, Oreille de géant, Herbe aux teigneux, Pince-cul, Tire-lardon, Peigne de garce, Chou d’âne, Bouillon noir
Nom scientifique: Arctium lappa L.
Famille: Astéracées

Habitat naturel

L’Europe, l’Afrique, l’Asie du Nord et l’Amérique du Nord où elle a été importée

Constituants

Inuline, mucilages, polyacétylène, huiles essentielles, sitostérine, substances antibiotique, antifongique et antitumorale

Description

Herbe aux Teigneux, voilà un nom qui annonce la particularité des fleurs de bardane : s’accrocher aux cheveux et aux vêtements, comme pour dire ne vous vous frottez pas trop à nous, sinon gare! La Bardane bisannuelle peut atteindre 3 m de hauteur. Sa tige robuste et très charnue, joliment nervurée de rouge, part en multiples ramifications. Ses feuilles cordiformes, très finement dentées, aux pétioles velus, sont recouvertes de duvet vert sur la face externe et feutrées de gris par en dessous. La première année de végétation, ces feuilles sont très larges, celles de la seconde plus étroites vers le haut. C’est en juillet et en août que la plante atteint sa pleine floraison, avec des fleurs rouge violacé, regroupées, comme toutes les composacées, en capitules. Ceux de la Bardane ont près de 3 cm de largeur, entourés de bractées terminées en crochets. Il faut vraiment les observer de près pour voir que le capitule est formé en fait non pas d’une seule fleur au sens courant du terme, mais de fleurettes tubuleuses, serrées les unes contre les autres. Les racines très charnues aussi, longues et pivotantes s’enfoncent profondément dans le sol. La Bardane est une plante qui se satisfait de très peu. On la trouve en général au bord des chemins, le long des clôtures, des murs et des digues et des ruisseaux ou bien dans les terrains vagues et les décombres.

Utilisation

La partie utilisée en médecine est la racine, récoltée à l’automne de la première végétation. On en extrait l’huile particulièrement bienfaisante pour les cheveux (stimule la pousse, élimine les pellicules) et les dysfonctions du foie et de la vésicule biliaire. En homéopathie, elle est indiquée pour l’acné, l’eczéma et certaines dermatoses desquamantes du cuir chevelu. L’utilisation médicinale de la racine de Bardane remonte à l’Antiquité. Dioscurides la citait déjà pour ses vertus thérapeutiques et la nommait « philanthropos » amie de l’Homme. Les acteurs romains doublaient leurs masques de feuilles de bardane pour soulager les irritations d’une peau en sueur sous le cuir. Son surnom d’Herbe aux teigneux est dû au fait qu’elle aidait à traiter les maladies parasitaires de la peau.

A savoir

L’aspect hirsute et touffu des fleurs de bardane, dû en partie à leurs crochets, est à l’origine de son appellation scientifique, Arctium, du grec arctos = ours et lappa, rêche, rude. Quant au nom « bardane », il désigne les grandes feuilles de la base : de l’italien barda = couverture de cheval. Selon une ancienne coutume allemande, on ornait de bouquets de bardane bénis la queue des vaches menées au taureau, afin de prémunir les bêtes contre les maléfices. Aujourd’hui, les enfants se contentent de fabriquer avec les capitules de petites poupées ou de lancer des projectiles qui s’accrochent bien aux vêtements et aux cheveux. Outre ses vertus thérapeutiques, la Bardane est aussi bonne au palais : les jeunes pousses se consomment en salade, tandis que la racine se cuisine comme le salsifis. Durant la guerre, elle était grillée pour servir d’ersatz de café.

La Plante vue autrement

A première vue, la Bardane donne une impression de puissance mal desservie. Le vert franc des petites feuilles est voilé de noir, les grosses feuilles créent un vaste champ d’ombre autour de la plante, et les fleurs au violet délicat sont cernées de crochets. Néanmoins, cet aspect à la fois gauche et bien marqué n’avait rien de contradictoire pour les guérisseurs qui y voyaient plutôt une capacité particulière de métamorphoser le noir en vitalité nouvelle. Aussi, la Bardane est-elle employée depuis toujours pour aider un organisme très encrassé à éliminer. 

♦♦♦♦