Dr. Hauschka

Argousier

Synonymes: Saule épineux, Olivier de Sibérie, Or orange, Caviar de la Baltique, Citron du nord
Nom scientifique: Hippophae rhamnoides L.
Famille: éléagnacées

Habitat naturel

Europe, Asie centrale

Constituants

Vitamine C, provitamine A, vitamines du groupe B, notamment B12, vitamine E, flavonoïdes, substances minérales, acides de fruits, acide palmitoléique, stérols, acides gras essentiels.

Description

On aurait tendance à croire que l’Argousier, avec ses élégantes feuilles lancéolées, d’un blanc argenté, et ses baies jaune brillant à orange, ne pousse que dans les contrées exotiques de l’Asie. On n’aurait pas complètement tort, car il serait venu à l’ère glaciaire du Tibet, sa terre d’origine, en Europe. Depuis, on le rencontre dans nos dunes, au bord des torrents et des ruisseaux, ainsi que sur les berges nourries de soleil. Cet arbuste épineux pouvant atteindre une hauteur de 5 m possède une racine très profonde et traçante. Ceci lui donne une stabilité particulière dans les terrains à éboulis ou glissants et en fait une plantation de choix pour la consolidation des pentes. L’Argousier est hermaphrodite. Ses minuscules fleurs mâles et femelles apparaissent de mars à mai, avant la sortie des feuilles. Les fleurs femelles qui ne dépassent pas 5 mm ont un parfum de miel boisé qui attire les insectes. La fertilisation se passe bien d’eux pourtant car le pollen des fleurs mâles est fourni par l’arbuste voisin, au gré du vent. Les baies (argouse) au léger duvet peuvent atteindre 1 cm de long et se présentent en grappillons serrés. Elles mûrissent d’août à septembre.

Utilisation

Les baies pressées à l’état frais donnent un jus particulièrement riche en vitamine C, conseillé pour lutter contre le refroidissement et les maladies fébriles. Les graines donnent une huile grasse que la médecine russe utilise dans le cas de maladies de la peau à tendance chronique et l’acné, ainsi que pour traiter les blessures en raison de son pouvoir antibactérien. L’huile extraite de la pulpe serait bénéfique à la peau éprouvée par les rayons. C’est en cosmétologie que l’huile d’argousier trouve son utilisation. La combinaison de la vitamine E et de la provitamine A possède un effet anti-radicaux libres et protège la peau du soleil, de la sécheresse et du vent. L’huile est d’un grand intérêt pour la régénération cutanée et aide par conséquent à lutter contre le vieillissement de la peau. Sec ou crevassé, l’épiderme retrouve son élasticité.

A savoir

Dans la Grèce antique on traitait le pelage des chevaux avec des feuilles et des jeunes bourgeons d’argousier pour lui donner un lustre particulier. De cette coutume provient le nom scientifique Hippophae de hippos = cheval et de phaes = luisant. Le nom botanique rhamnoides = comme l’épine décrit l’aspect épineux de l’argousier. L’argousier est connu de longue date en Mongolie et en Russie où il était utilisé à plusieurs titres, il y a déjà plus de mille ans. Une recette russe indique comment extraire l’huile d’argousier du jus des baies avec de l’huile de tournesol. Le produit obtenu est conservé en bouteille. Il sera utilisé pour les foulures, les ulcères et les brûlures. Il aidera également à lutter contre la chute des cheveux. En France, on gavait les moutons de feuilles d’argousier pour donner du lustre à leur toison. Dans l’écorce des graines d’argousier vit un microorganisme, l’actinomyce, qui en symbiose avec son hôte produit des quantités de vitamine B12, comparables à celles contenues dans la viande. De ce fait, l’argousier est d’un grand intérêt pour l’alimentation végétarienne, d’autant plus qu’il renferme bon nombre d’autres substances précieuses : il est par exemple neuf fois plus fort en vitamine C que les citrons. Les baies, très riches en vitamines, donnent des jus, des sirops, des compotes, des gelées, des liqueurs et des eaux-de-vie très fines.

Avec d’autres fruits dont il rehausse le goût et qui atténuent sa saveur légèrement âpre, il forme un mélange délicieux. Dans la médecine chinoise et tibétaine l’argousier est connu depuis 2000 ans déjà. On l’utilisait particulièrement pour mobiliser les esprits. Pour les retrouver en cas de fatigue ou d’abattement, rien de tel que de l’argousier frais. Dans la terre, l’argousier vit en symbiose avec un champignon qu’il héberge dans ses racines pour transformer l’azote. Cette mycorhize fixée sur les racines transforme l’azote et devient un engrais précieux pour le sol dans lequel l’argousier se trouve. Ce qui fait que l’argousier peut sans problème prospérer même dans les sols sablonneux.

La Plante vue autrement

L’argousier est un enfant du soleil. Il aime la clarté. La couleur de ses baies en dit déjà long sur cette préférence :, elles se pressent sur la branche formant une multitude de petits soleils. Même sous des rayons intensifs, l’argousier ne se dessèche pas. Certes il se rétracte, il possède des feuilles en forme d’aiguilles, des épines et des baies âpres. Mais ce sont des fruits juteux et rafraîchissants. Peut-être est-ce cela qui en fait une plante bénéfique pour la peau sèche. 

♦♦♦♦